fbpx

Cultur'Îles

Martinique : la danse bèlè, un art de vivre venu d’Afrique



Découvrez les meilleures offres proposées par nos partenaires


...

234 Vues

Héritage de la Traite Négrière : La Naissance d’une Culture

C’est l’une des conséquences les plus vibrantes de la traite négrière qui a marqué l’histoire des Antilles : l’épanouissement d’une culture unique, forgée par les déportés africains.

Parmi les multiples facettes de cette richesse culturelle, la danse bèlè se dresse en majesté, portant en elle l’héritage vivant des ancêtres.

Plongeons dans cet univers envoûtant où le passé et le présent se mêlent avec grâce.

Le bèlè, qui pourrait se traduire littéralement par « bel air », trouve son incarnation la plus vibrante dans la danse.

En Martinique, cette tradition s’est enracinée si profondément qu’elle est aujourd’hui une option facultative au baccalauréat, sous l’intitulé de « danse traditionnelle ».

Sur les pistes de danse martiniquaises, les gestes sont empreints de folklore et rythmes, les danseurs évoluant avec une grâce infinie, au son vibrant des tambours et des chants.

Les tambours, véritables piliers de la musique bèlè, scandent la danse , la joie , tout aussi importants que les paroles des chants. Ces chansons sont bien plus que de simples mélodies ; elles sont le reflet des vies passées, évoquant les luttes des esclaves, les histoires d’amour et les moments de joie partagée.

Ainsi, chaque battement résonne comme un hommage vibrant à l’histoire et à la résilience du peuple martiniquais.

Le tambour bèlè est utilisé dans plusieurs répertoires :

  • La musique de travail : fouyé tè, rédi-bwa, téraj kay, coupé kan-n, mazon-n et gran son
  • Les suites bèlè (bèlè, granbèlè, béliya…) du nord et du sud de la Martinique
  • Les dansé lalinklè et autrefois certains jeux dansés à la fin des veillées mortuaires
  • Les luttes dansées

La danse bèlè est une célébration de la vie, de l’amour et de la liberté retrouvée.

Les danseurs, hommes et femmes confondus, évoluent ensemble sur la piste, tournoyant avec des pas chaloupés qui évoquent les vagues caressant les côtes de l’île.

Les femmes revêtent de magnifiques robes en madras, ornées de dentelles délicates, tandis que les hommes se parent de costumes trois pièces, coiffés de chapeaux élégants.

Au cœur de cette symphonie de mouvements et de couleurs, les danseurs s’entrelacent, alternant entre des pas en couple, à deux, et des danses collectives, à dix.

La caméra, placée au centre de la piste, capture chaque instant de cette célébration, transportant le spectateur au cœur même de la tradition créole martiniquaise.

Les expressions passionnées des danseurs, tourbillonnant tout autour, plongent celui qui les observe dans un voyage sensoriel où le temps semble suspendu.

La danse bèlè transcende les frontières du temps et de l’espace, unissant le passé et le présent dans un élan de vitalité et de fierté.

C’est un art de vivre, un héritage précieux transmis de génération en génération, qui continue de vibrer au cœur de la Martinique.

En elle, résonnent les échos d’une histoire douloureuse mais aussi les rythmes effrénés de la résilience et de la joie de vivre.

La danse bèlè, bien plus qu’une simple tradition, est l’âme même d’un peuple, vibrant au rythme de ses tambours et de ses chants.

Source : NAOSIBES


Désinscription en un clic.