fbpx

Cultur'Îles

Wallis et Futuna : Fabrication du Tapa un savoir-faire millénaire


OFFREZ-VOUS DU PLAISIR OU FAÎTES PLAISIR À UN ÊTRE CHER.

Explorez nos meilleures offres à travers nos collections originales.
❤️ COLLECTION CARAÏBES
✈️ COLLECTION OCEAN-INDIEN
🏝 COLLECTION PACIFIQUE

Découvrez les meilleures recettes des Îles: Guadeloupe, Martinique, Ile Maurice, Reunion, Seychelles, Mayotte, Madagascar, Polynésie, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna

Le tapa, également appelé ngatu à Tonga ou siapo à Samoa, est un tissu traditionnel fabriqué à partir d’écorce d’arbre battue et décoré de motifs géométriques ou symboliques.

Le tapa est un élément important de la culture et de l’artisanat de Wallis-et-Futuna, et est utilisé dans une variété de contextes, allant des vêtements et de la décoration aux cérémonies et aux rituels.

La fabrication du tapa est un processus complexe qui nécessite plusieurs étapes. Tout d’abord, l’écorce est retirée de l’arbre et bouillie pour enlever l’écorce externe.

Ensuite, l’écorce est battue pour la rendre souple et fine, puis étalée et collée avec une solution d’amidon ou de farine pour créer des feuilles de tapa.

Les feuilles de tapa sont ensuite décorées à la main avec des motifs géométriques et symboliques, à l’aide de pigments naturels extraits de plantes ou d’argile.

Le tapa est utilisé dans de nombreuses cérémonies et rituels à Wallis-et-Futuna, y compris les mariages, les funérailles et les cérémonies religieuses.

Il est également porté comme vêtement traditionnel, notamment le fale, une sorte de jupe portée par les femmes, ou le mālo, une sorte de pagne porté par les hommes.

Le tapa est également un objet d’art populaire et est souvent vendu aux touristes en tant que souvenir. Les motifs et les couleurs du tapa varient en fonction de la région et de l’artisan qui l’a fabriqué, mais tous témoignent de la riche tradition culturelle de Wallis-et-Futuna.

Cependant, la fabrication du tapa est en déclin à Wallis-et-Futuna, en raison de la rareté de certains arbres utilisés pour la production, ainsi que de la concurrence des textiles importés.

Pour préserver cette tradition ancienne, les autorités locales de Wallis-et-Futuna travaillent à promouvoir la fabrication du tapa, ainsi que sa place dans la vie culturelle et économique de l’archipel.

D’où provient ce tissu ?

Le tapa trouve son origine principalement dans les îles du Pacifique, en particulier en Polynésie. Sa fabrication est traditionnellement réservée aux femmes, tandis que les hommes n’ont pas le droit d’assister au processus de confection.

De nos jours, les tapas sont utilisés en Polynésie comme supports pour l’artisanat d’art, comportant des motifs géométriques et des représentations de tikis. Ces petites statues symbolisent les divinités océaniennes de la Virilité et de la Fécondité.

Pour quelles occasions fabrique-t-on des tapas ?

Le tapa est fabriqué pour diverses occasions spéciales. Il est utilisé pour créer des couvertures et des vêtements de cérémonie. Ces étoffes sont portées par les groupes de danse lors de rituels, de représentations et de spectacles organisés par de nombreuses sociétés d’Océanie.

En outre, le tapa est également utilisé comme décoration et comme moyen d’échange. Il est fabriqué dans le but d’être offert lors des cérémonies de mariage. En raison de sa double dimension sacrée et esthétique, il est considéré comme un intermédiaire entre les êtres humains, leurs dieux et leurs ancêtres.

485 Vues