fbpx

Cultur'Îles

Madagascar: Masonjoany – Entre art, beauté et culture malgache


OFFREZ-VOUS DU PLAISIR OU FAÎTES PLAISIR À UN ÊTRE CHER.

Explorez nos meilleures offres à travers nos collections originales.
❤️ COLLECTION CARAÏBES
✈️ COLLECTION OCEAN-INDIEN
🏝 COLLECTION PACIFIQUE

Découvrez les meilleures recettes des Îles: Guadeloupe, Martinique, Ile Maurice, Reunion, Seychelles, Mayotte, Madagascar, Polynésie, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna

Lors d’un séjour à Madagascar, vous pourrez probablement observer sur la plage des femmes arborant un type de maquillage blanc ou orange sur le visage. Il s’agit du « masonjoany », un masque de beauté originaire de Madagascar !

Ce dernier est parfois simplement appliqué de manière uniforme sur le visage, et parfois en motifs ornementaux.

Le masonjoany : le rituel beauté des femmes malgaches

La beauté « sacré » des femmes malgaches

La femme malgache est une reine de beauté à l’image des autres femmes du continent africain. 

Cette beauté est caractérisée par le port des tenues traditionnelles mais aussi des masques de beauté.

Bien que les jeunes malgaches considèrent cette façon de s’habiller un peu désuète et préfèrent les tenues occidentales, ce masque de beauté esthétique confère à la peau une certaine douceur très recherchée.

Ainsi, l’application du masque est faite à partir d’un élément naturel , le masonjoany .

Le masonjoany est non seulement le nom du maquillage, mais aussi celui du bois utilisé pour le fabriquer.

Ce bois est en réalité du santal, une plante employée en aromathérapie, en parfumerie et en charpenterie. Son parfum est puissant et peut se conserver pendant des siècles, comme on peut le constater dans les temples indiens.

D’ailleurs, c’est des Indiens que les Malgaches auraient appris comment utiliser le masonjoany.

Bien que l’arbre de Santal soit originaire d’Inde, du Népal, d’Australie, de la Nouvelle-Calédonie, du Vanuatu et d’Hawaii, il a été introduit avec succès à Madagascar où il s’est bien acclimaté.

Aujourd’hui, le masonjoany est devenu un produit commercialisé sous diverses formes, telles que la poudre, la lotion, la crème, le lait démaquillant ou encore le savon, notamment dans les villes côtières de Madagascar, particulièrement dans l’Ouest, le Nord et le Sud.

Cependant, la plupart des femmes malgaches utilisent encore la méthode traditionnelle qui consiste à frotter une branche de santal ou d’autres plantes endémiques médicinales sur une pierre corail préalablement mouillée, puis à l’appliquer directement sur le visage, car la pâte sèche rapidement.

Une pratique issue des traditions

Le masonjoany : le rituel beauté des femmes malgaches

le Masonjoany est une poudre fabriquée à partir d’écorces de bois. Il est utilisé, de manière traditionnelle, dans les zones côtières de l’île. Avec celle-ci les femmes se protègent des rayons du soleil tout en embellissant leur peau.

Elles fabriquent le masque elles- mêmes, et le portent parfois toute la journée, lorsque les travaux ménagers les exposent constamment à l’astre du jour. Le résultat est impressionnant, car le grain de peau est fin et soyeux, doux au regard et au toucher.

La composition de cette poudre est gardée secrète, mais les résultats sont efficaces.

Le laboratoire pharmaceutique Homeopharma, qui a étudié depuis plus d’une décennie les vertus des plantes malgaches, a composé une gamme complète de soins.

Ainsi c’est un arbre très convoité par l’industrie pharmaceutique qui compose de nombreux produits issus des écorces de bois de santal.

Le Masonjoany, un emblème de la beauté féminine à Madagascar.

Les femmes arborant un masque de beauté blanc ou orange sont instantanément associées à cette pratique.

Ce phénomène est devenu si populaire que les voyageurs et les vacanciers peuvent désormais profiter de cette expérience sur les plages les plus fréquentées de Madagascar.

Pour rendre l’application plus ludique et artistique, les masques peuvent être façonnés en forme de motifs tels que des fleurs, des feuilles ou des pétales. Bien que cela puisse tirer un peu sur la peau au début, on s’y habitue rapidement !

2 243 Vues