fbpx
Menu Fermer

Tenue Traditionnelle des Femmes en Martinique

Aujourd’hui je souhaite vous inviter à faire un voyage avec moi au coeur de l’histoire de la Martinique.

Bon Plans et Séjours pas Chers en Martinique

Au delà des attraits magiques que représentent le cadre naturel de l’île aux Fleurs , je souhaite m’intéresser à l’histoire des tenues traditionnelles qui sont un pan indéniable de la culture.

1848, Un repère historique

On va faire un grand bond en arrière , en 1848 pour être plus précis.

Un repère historique qui comporte sa part d’ombre et de révélation par rapport à certaines traditions que l’on retrouve dans nos îles aujourd’hui.

Les traces iconographiques antérieures à cette date sont le plus souvent des gravures, des peintures qui ne peuvent constituer à elles seules des textes historiques . Or, pour rechercher les costumes d‟antan, rien ne vaut une image…

En effet, les robes et costumes traditionnelles ont traversé le temps et en particulier cette époque phare de l’histoire de la Martinique.

L’une de leur première apparition se situe lors de l’inauguration de la statue de l’impératrice Joséphine en avril 1859.

A cette époque , la “Robe à corps” (appelée aujourd’hui “Robe Grand Mère”) , la “Jupe chemise” et la “gaule” (tenue d‟intérieur appelée wòb- di-chanm) constituaient les tenues éminemment les plus portées.

Ainsi, Antan, on distinguait deux types de Tenues à savoir

  • La Tenue de Tous les Jours
  • La Tenue d’apparât

Les Tenues de tous les jours

C’est une robe portée, comme son nom l’indique , tous les jours, à différentes circonstances de la journée et principalement par les femmes enceintes mais aussi les jeunes filles de l’époque.

On l’appelait : La robe douillette, ou en créole  “wòb ti-doou” “wòb-a-kò” ou “gwanwòb”

Toutes ces appellations lui prévalaient des caractéristiques bien particulières car c’était une grande robe ample devant et qui tenait bien au dos comme un corset.

Le dos était bien ajusté, ne descendait pas à la taille, d‟où le terme petit dos. L‟effet de corset est rendu par l‟ensemble des plis, les cordons intérieurs et le petit bourrelet.

La confection de cette robe nécessitait 9 à 10 mètres de tissus.

Les Tenues d’apparât

Au niveau des tenues d’apparât on distingue dont la Robe à corps et la Jupe chemise.

Arrêtons-nous sur deux aspects constitutifs de la Robe Traditionnelle des “Matadors”

En premier lieu, la jupe-chemise  était composée comme son nom l‟indique, d‟une jupe et d‟une chemise.
La chemise était confectionnée dans une batiste très fine garnie de dentelles, de plis avec des manches qui s‟arrêtent aux coudes. Elle était boutonnée par des boutons en or.

De plus, la jupe était très ample et très large par derrière avec une queue et nouée jusqu‟au-dessus des seins

D’autres part , on distingue aussi , la robe à corps de la tenue traditionnelle antillaise: 

C‟est la quantité et la richesse du tissu utilisé qui la différenciait de la robe à corps de tous les jours. Il s‟agit de satin, de satin broché, satinette, taffetas, brocart.

Le jupon : en faille, en taffetas avec des volants plissés, superposés ou brodés ; en dentelle chantilly.

Le foulard : était assorti au jupon.

Depuis 1960, le Robe à corps est devenue une source de revendication identitaire qui donne sa place au costume créole et aujourd’hui elle constitue une source d’inspiration pour de nombreux stylistes.

Aujourd’hui , c’est pas sans une certaine émotion ☺️ que je contemple avec admiration les jolies femmes Antillaises qui portent ces belles tenues . 🥰

Crédit: Arendel Renalde

J’espère que ce petit voyage vous a plus , n’hésitez pas à partager et mettre un petit commentaire si cet article vous a plu .

Kate

Bon Plans et Séjours pas Chers en Martinique

Source : Extrait de travaux de recherche présenté par
Mme Yvelise GROS-DUBOIS Maître-formateur honoraire

INSCRIVEZ-VOUS 
RECEVEZ NOS BONS PLANS
(Caraïbes, Océan Indien, Pacifique) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *